Crypto

« Les schémas de Ponzi ont créé une réputation négative pour l’industrie » – Défenseur de la blockchain ougandaise – Interview Bitcoin News

« Les schémas de Ponzi ont créé une réputation négative pour l’industrie » – Défenseur de la blockchain ougandaise – Interview Bitcoin News
Written by admin
« Les schémas de Ponzi ont créé une réputation négative pour l’industrie » – Défenseur de la blockchain ougandaise – Interview Bitcoin News

Les campagnes d’éducation et de sensibilisation sont toujours considérées comme des canaux importants qui attirent les gens vers les crypto-monnaies et la blockchain. Cela a été particulièrement vrai dans certaines régions d’Afrique où le bitcoin et d’autres crypto-monnaies s’avèrent être une alternative utile à la monnaie fiduciaire.

Blockchain Education et plaidoyer en Ouganda

Malgré une augmentation de l’utilisation de la technologie blockchain et des crypto-monnaies qui a commencé avec les blocages inspirés par la pandémie, de nombreuses personnes, en particulier en Afrique, ne sont toujours pas familiarisées avec ces technologies.

Pour combler ce manque de connaissances, de nombreux passionnés de blockchain en Afrique ont choisi de concentrer leurs efforts sur l’éducation de leurs compatriotes sur les bases de la blockchain. En Ouganda, les passionnés de blockchain Daniel Mulondo et Killian Mugenyi ont créé une plateforme appelée Nilone, qui vise non seulement à éduquer, mais également à aider à sensibiliser aux escroqueries crypto potentielles.

Dans une interview avec Bitcoin.com News, Mugenyi explique comment leurs efforts pour sensibiliser le public donnent des résultats positifs. Il donne également son avis sur des questions allant des monnaies numériques des banques centrales (CBDC) aux efforts en cours des autorités ougandaises pour réglementer les actifs numériques. Vous trouverez ci-dessous les réponses écrites de Mugenyi à Bitcoin.com News concernant les questions qui lui ont été envoyées via Whatsapp.

Bitcoin.com News (BCN) : Vous êtes l’une des rares personnalités africaines impliquées dans l’éducation et la défense de la crypto/blockchain. Pouvez-vous expliquer pourquoi vous avez choisi de vous impliquer dans ce travail ?

Killian Mugenyi (KM): Les raisons pour lesquelles mon partenaire et moi avons décidé de nous concentrer sur l’éducation et le plaidoyer en matière de crypto/blockchain étaient principalement dues à :

– Les innombrables escroqueries et stratagèmes de Ponzi ont créé une réputation négative pour l’industrie.

– Sensibiliser les masses sur la crypto et la blockchain afin qu’elles voient la valeur et les opportunités dont l’industrie peut profiter.

– Développer les compétences de ceux qui entrent sur le marché pour une vision durable et à long terme de la construction, de la croissance et du maintien de l’industrie avec une main-d’œuvre qualifiée qui comprend la dynamique de cette industrie nouvelle mais très pertinente.

BCN : Est-ce que ce travail fait une différence ?

KM : En effet, notre travail fait une énorme différence et nous avons accompli beaucoup de choses. De plus en plus de personnes rejoignent l’académie et de plus en plus partagent des témoignages sur les connaissances ainsi que les succès acquis grâce à nos programmes. Des institutions, des fondations, des entités gouvernementales et de nombreuses autres organisations nous contactent également. Beaucoup veulent apprendre et comprendre comment ils peuvent capitaliser sur cette nouvelle opportunité de l’industrie qui a été mal comprise [to be] un programme pour devenir riche rapidement. Nous nous sommes également davantage concentrés sur la plateforme de formation en ligne que nous sommes en train de refondre afin qu’elle réponde à la demande croissante et permette une meilleure prestation, notamment en cette période de Covid.

BCN : L’année dernière, c’était signalé que le régulateur ougandais, la Financial Intelligence Authority, souhaitait l’aide du ministère des Finances pour formuler le cadre réglementaire approprié en matière de cryptographie. Savez-vous s’il y a eu du mouvement sur cette question?

KM : En ce qui concerne les cadres réglementaires, les progrès y ont été lents car les dirigeants adoptent une approche prudente. Ils recherchent de meilleurs conseils auprès d’experts de l’industrie, et c’est là que nous espérons intervenir et aider à rédiger ces règlements. Nous espérons également aider les régulateurs en étendant notre soutien aux efforts visant à aider à établir la clarté réglementaire pour la crypto/blockchain en Ouganda. Tout récemment, nous avons eu des nouvelles positives où le projet « The Akon City » s’est vu attribuer un terrain pour commencer à construire. Cette décision est encourageante et nous aide à poursuivre notre quête d’une adoption accrue de la crypto/blockchain.

BCN : Toujours sur le même sujet, Bitcoin.com News signalé que l’Association ougandaise de la blockchain avait approuvé les appels lancés au pays pour créer ce cadre réglementaire. Pouvez-vous dire à nos lecteurs pourquoi vous pensez qu’il est important pour l’industrie ougandaise de la blockchain de mettre en place ce cadre réglementaire ?

KM : L’objectif d’un cadre réglementaire vise principalement à apporter de la clarté et à favoriser l’adoption de la technologie blockchain avec une perturbation minimale de l’économie. Avec des réglementations et des politiques appropriées, nous pouvons attirer des investisseurs et accroître la participation locale dans l’industrie, et la participation des institutions serait certainement accrue, bénéficiant ainsi à tous et offrant des opportunités qui aideront les jeunes instruits mais sans emploi qui constituent la plus grande partie de la population.

BCN : En 2021, la Banque d’Ouganda lancé un bac à sable réglementaire et à l’époque une startup fintech avait été incluse dans ce bac à sable. Savez-vous si d’autres fintechs ont depuis été ajoutées au bac à sable ?

KM : L’espace fintech en Ouganda est assez jeune avec peu d’acteurs notables comme Nileonegroup. Nous construisons une plate-forme qui attirera des acteurs internationaux qui travailleront avec nous pour fournir des services de qualité aux gouvernements, aux institutions et aux particuliers qui cherchent à explorer les opportunités de crypto/blockchain. Cela dit, il y a peu d’informations concernant les progrès de la réglementation, mais nous renforçons les capacités qui aideront à accélérer cet effort une fois que nous serons engagés par le gouvernement et les régulateurs comme la Banque d’Ouganda et d’autres pays africains.

BCN : L’année dernière, la Banque centrale du Nigéria a lancé sa monnaie numérique, l’e-naira, tandis que de nombreuses autres banques centrales en Afrique ont signalé leur intention de lancer leurs propres CBDC – ou du moins d’explorer les avantages d’en avoir une. Selon vous, cette ruée vers le lancement des CBDC est-elle une bonne chose pour la crypto ?

KM : Les CBDC présentent de nombreux avantages tels que la simplification du processus de mise en œuvre de la politique monétaire et des fonctions gouvernementales. De nombreuses fonctions telles que la distribution des avantages ou le calcul et la collecte des impôts peuvent bénéficier d’une automatisation et d’une efficacité accrue. Les CBDC ne résolvent cependant pas le problème de la centralisation car elles seront toujours contrôlées par, par exemple, les banques centrales. Cela dit, je ne pense pas que nous, en tant qu’Afrique et en particulier l’Ouganda, soyons prêts pour ces développements jusqu’à ce que nous ayons les bonnes politiques et cadres pour réglementer et soutenir ceux qui essaient de construire l’infrastructure et la main-d’œuvre nécessaires pour une adoption durable de la crypto/blockchain. .

BCN : Enfin, les rapports d’escroqueries liées à la cryptographie ont continué à faire la une des journaux malgré les efforts de vous-même et d’autres qui espèrent voir les crypto-monnaies être utilisées dans la vie quotidienne. Selon vous, que faut-il faire d’autre pour réduire ou limiter le nombre d’investisseurs victimes de stratagèmes de crypto-Ponzi de haut niveau comme MTI ou Pinkcoin ?

KM : Je peux vous dire que nos efforts pour éduquer les masses sur la crypto/blockchain ont eu un grand impact. De plus en plus de gens commencent à comprendre ce qu’est vraiment la cryptographie, son application ainsi que ses opportunités. Les gens deviennent également plus prudents et conscients avant d’investir dans des stratagèmes et des escroqueries potentiels à la Ponzi et, mieux encore, ils ont une partie de confiance qui est Nileone où nous offrons des consultations légères gratuites sur de tels projets (escrocs). Nous aidons également à sensibiliser sur la façon d’éviter (les escroqueries cryptographiques) car celles-ci s’avèrent être un obstacle majeur à l’adoption.

Que pensez-vous de cet entretien ? Vous pouvez partager vos points de vue dans la section des commentaires ci-dessous.

Terence Zimwara

Terence Zimwara est un journaliste, auteur et écrivain primé au Zimbabwe. Il a beaucoup écrit sur les problèmes économiques de certains pays africains ainsi que sur la façon dont les monnaies numériques peuvent fournir aux Africains une voie d’évasion.














Crédits image: Shutterstock, Pixabay, Wiki Commons

Avertissement: Cet article est à titre informatif uniquement. Il ne s’agit pas d’une offre directe ou d’une sollicitation d’une offre d’achat ou de vente, ni d’une recommandation ou d’une approbation de tout produit, service ou entreprise. Bitcoin.com ne fournit pas de conseils en placement, fiscaux, juridiques ou comptables. Ni la société ni l’auteur ne sont responsables, directement ou indirectement, de tout dommage ou perte causé ou présumé avoir été causé par ou en relation avec l’utilisation ou la confiance accordée à tout contenu, bien ou service mentionné dans cet article.

About the author

admin

Leave a Comment