Crypto

Un avocat accuse Huobi d’exploiter un échange de crypto-monnaie qui n’est « tenu responsable nulle part » BlockBlog

Un avocat accuse Huobi d’exploiter un échange de crypto-monnaie qui n’est « tenu responsable nulle part » BlockBlog
Written by admin
Un avocat accuse Huobi d’exploiter un échange de crypto-monnaie qui n’est « tenu responsable nulle part » BlockBlog

Houbi Global, qui est basée aux Seychelles, a été accusée par l’avocat Jonathan Levy d’opérer sans rendre compte à aucune juridiction. L’avocat ajoute que l’adresse physique de l’échange dans la nation insulaire est uniquement à des fins postales.

Problèmes de responsabilité

L’avocat américain Jonathan Levy a accusé l’échange de crypto-monnaie Huobi de diriger une opération mondiale décentralisée qui « opère partout mais n’est tenu responsable nulle part ». L’accusation de Levy fait suite à l’intransigeance présumée de l’échange de crypto-monnaie enregistré aux Seychelles, qui a finalement conduit un ressortissant français à perdre ses fonds au profit d’un fraudeur chinois.

Avant la disparition du ressortissant chinois avec les fonds volés, la victime anonyme avait – avec l’aide de Ciphertrace – réussi à localiser le compte du fraudeur chez Huobi. Sur la base des efforts de la victime, la police nationale française avait ouvert une enquête et demandé l’aide de l’échange de crypto-monnaie pour récupérer les fonds.

Présence de Huobi aux Seychelles

Cependant, selon une déclaration publiée par l’avocat, les tentatives de la victime de la fraude pour récupérer ses fonds ont finalement été contrecarrées par le refus de Houbi de coopérer avec les forces de l’ordre françaises et seychelloises. Il expliqua:

Huobi Global a induit la police française en erreur et a affirmé qu’elle relevait de la juridiction des Seychelles. Ce retard a permis aux criminels de s’échapper avec leur butin. Lorsque la police des Seychelles a finalement enquêté, il était déjà trop tard et de leur propre aveu, ils n’avaient pas compétence sur le crime puisque la présence de Huobi dans cette nation insulaire n’est qu’une adresse postale.

Levy, quant à lui, souligne ce dernier incident comme un autre exemple de la raison pour laquelle les autorités européennes doivent créer un «Superfund» financé par l’industrie de la cryptographie. Il a déclaré qu’un tel fonds s’avérerait utile aux victimes de la criminalité cryptographique, comme le ressortissant français, dont le seul espoir de récupérer les fonds repose désormais sur l’Union européenne ou le OCDEl’intervention de.

En ce qui concerne la capacité des principaux échanges cryptographiques à apporter des contributions suffisantes à un tel superfonds, Levy affirme que des plateformes comme Huobi (dont le volume quotidien de cryptographie dépasserait 10 milliards de dollars) et les dix autres principales bourses sont bien placées pour apporter de telles contributions.

Quelles sont vos pensées sur cette histoire? Dites-nous ce que vous pensez dans la section des commentaires ci-dessous.

Terence Zimwara

Terence Zimwara est un journaliste, auteur et écrivain primé au Zimbabwe. Il a beaucoup écrit sur les problèmes économiques de certains pays africains ainsi que sur la façon dont les monnaies numériques peuvent fournir aux Africains une voie d’évasion.














Crédits image: Shutterstock, Pixabay, Wiki Commons, Primakov

Avertissement: Cet article est à titre informatif uniquement. Il ne s’agit pas d’une offre directe ou d’une sollicitation d’une offre d’achat ou de vente, ni d’une recommandation ou d’une approbation de tout produit, service ou entreprise. Bitcoin.com ne fournit pas de conseils en placement, fiscaux, juridiques ou comptables. Ni la société ni l’auteur ne sont responsables, directement ou indirectement, de tout dommage ou perte causé ou présumé avoir été causé par ou en relation avec l’utilisation ou la confiance accordée à tout contenu, bien ou service mentionné dans cet article.

About the author

admin

Leave a Comment